Index

Indriya : c’est le nom d’un café Nespresso. Comme Dulsao.

Hécate : Déesse grecque appartenant à la Triade Lunaire (avec Séléne et Artemis), elle représente la Nouvelle Lune. Elle est à la fois une protectrice de la vie, son culte étant lié à la maternité, mais aussi une Déesse de la mort et de l’ombre. C’est la « mère » des Sorciers et Sorcières qui se référent souvent à elle dans leurs rituels.

I/ L’aspect « neuro »

NT (neuro-typiques) : la structure cérébrale majoritaire et typique.

NA (neuro-atypique) : au départ l’autisme seul, l’on peut cependant compter les surdoués dedans. La structure cérébrale est différente de celle des NT (d’où la distinction) que ce soit pour l’autisme ou la douance.

NT « valide » : Neuro-typique n’ayant pas de problème de santé majeur. La neuroatypie peut en effet amener des soucis de santé ou des situations de handicapes diverses et variés (que ce soit des handicapes moteurs ou appartenant à tout le spectre des handicapes dit « invisibles »). La neuroatypie admet en effet une fragilité face aux troubles psychiatriques/psychologiques possibles.

HQI : haut QI, à partir de 130 (des surdoués aux environs de 125 sont possibles)

THQI (très haut QI, au-delà de 145) : Ces deux termes sont une alternative au mot « surdoué », haut-potentiel intellectuel, zèbre, hautement surdouée, très haut-potentiel intellectuel. Structure cérébrale différente. Je publierai un article (une traduction) sur les particularités des THQI, on trouve les HQI partout et beaucoup moins les THQI sauf en anglais. « Au-delà » des THQI, l’on retrouve les extrêmement (exceptionally) surdoués et les profondément (profoundly) surdoués.

TTHQI : au-delà de 160. Exceptionally gifted.

Profoundly gifted : 175/180+

Laminaire : surdoué homogène, type de surdoué plus proche des neurotypiques. Etudes en cours. Pas forcément de plus haut niveau que les hétérogènes, juste plus adaptés au système social en place, neurotypique et classique, et donc du fonctionnement scolaire/professionnel demandé.

Complexe : surdoué hétérogène… Moins proche des neurotypiques. Etudes en cours.

Autisme : les étiquettes se multiplient, avec les deux « grandes » : l’autisme de Kanner/classique et l’autisme Asperger/de haut niveau. Il s’agit cependant d’un spectre, d’autisme, sur lequel se positionnent des individus, des autistes. Auparavant nommé TED (troubles envahissants du développement).

Même s’il existe des critères cliniques de différenciations, pas toujours pertinents et réels, les étiquettes apposées sur le spectre sont couramment critiquées. La critique fondamentale étant de dire que sous ces noms, il s’agit bel et bien d’autisme.

Le sigle TSA pose problème en lui-même de par le mot « trouble ». l’autisme est un handicap (de par nos sociétés inadaptées, comme la douance qui peut être handicapante dans ces sociétés et pas en elle-même.)

Twice exceptional : des personnes à la fois surdouées et autistes/aspergers. Ou surdouées avec un autre « trouble » associé.

DSM-V : THE manuel de psychiatrie américain, controversé, je n’entrerai pas dans ce débat. Il se peut que je le cite lorsque je parviendrai à me le procurer d’où sa présence dans cet index. (sinon j’aime bien Wikipédia. Le site est parfois mieux que quelques sites/articles estampillés scientifiques comme The conversation ou encore que d’associations sur les surdoués/autistes).

TDA/H : Trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité

dys- : terme générique de tous les dys possibles : dyslexie, dysphasie, dyspraxie, etc etc.

 

II/ L’aspect sexuel/romantique…

Grey-sexual : sur le spectre gris de l’asexualité, entre asexualité et sexualité. Concrètement, une forme d’asexualité avec des exceptions possibles sous certaines conditions, ce qui est ressenti peut n’être pas clairement identifié comme du désir et peut être balayé aisément.

Demisexualité : absence d’attirance sexuelle en dehors d’un lien émotionnel (lien qui peut être avec un.e inconnu.e, un.e ami.e, un.e partenaire). Parfois rangé dans Grey-A (grey-sexual).

Bisexualité et biromantisme : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=862411030595428&id=480939785409223

orientation romantique : intérêt romantique, affectif qui peut être dénué de toute perspective sexuelle.

Aromantique : https://asexualite.wordpress.com/faq-aromantisme/

Asexualité : absence d’attirance sexuelle. Possibilité d’avoir ou non des rapports sexuels, différent de la libido.

Grey-romantique : sur le spectre entre aromantisme et romantisme. Cela peut être le fait d’avoir de temps en temps des attirances romantiques, ou des attirances sans volonté de relation ou encore différent. Voir ci-dessous.

Quoiromantique : différence non faite entre platonique et romantique. (existe aussi un quoisexuel)

alterous : en-dehors des notions d’attirances classiques, peut se définir également par attirance/lien émotionnel

Nebularomantique : influence des neuroatypies sur les attirances romantiques, les sentiments romantiques et les relations.

Queerplatonique : type de relation différente de romantique/platonique, peut être à cheval entre les deux, un mélange des deux, quelque chose d’indéfini ou encore un ni-ni (ni platonique ni romantique, autre chose).

Pansexualité : est sexuellement attiré par les individus sans préoccupation de genre. Au contraire du bisexuel qui aime les hommes (d’une part) et les femmes (d’autre part), le pansexuel ne s’importe pas du sexe de la personne qui l’attire sexuellement. A différencier de panromantique, où il n’est pas question de sexualité mais seulement d’amour. La distinction entre « sexuel » et « romantique » est à faire. L’aromantisme, comme la sexualité est possible.

Polyamour : Intérêt romantique et/ou sexuel pour plusieurs personnes en même temps. On parle de « groupe poly » car ce mode de vie ne repose absolument pas sur la tromperie ou le mensonge : il s’agit d’aimer plusieurs personnes à la fois, dans le respect et la connaissance de chacun.

Gender fluid/non-binaire : transcendent les codes de la « féminité » et de la « masculinité », les utilisant ensembles ou alternativement ou s’en affranchissent complètement.

Cisgenre : dont le sexe et le genre correspondent.

Transgenre : dont le genre assigné à la naissance ne correspond pas à l’individu. Il semblerait cependant que les termes soient plus ou moins controversés, notamment celui de « transexualité ». A voir.

 

III: Divers

TCA : troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, trouble de l’alimentation sélective, hyperphagie, etc.)

EV : être vivant. Vieille abréviation du cours de SVT en collège.

SC : Sens critique (je le cite souvent, je mets l’abréviation là même si elle est assez connue)

PN : pervers-narcissique